L'édition 2019

L'édition 2019 du VAI

La seconde édition du Village de l'Alimentation et de l'Innovation se prépare tout doucement mais sûrement, pour vous proposer de nouveau un étonnant et très inspirant voyage à la découverte de nos comportements alimentaires... 

Alors notez bien dans vos agendas les informations ci-dessous :


Dates : du Jeudi 28 au Samedi 30 Mars 2019
Lieu : Maison de la Culture - Te Fare Tauhiti Nui
Thème : "Sens et Emotions"


Soyez prêts à vivre de nouvelles expériences !!!

Télécharger le dossier de presse

Le programme

Retrouvez le programme détaillé des animations dans la sous-rubrique «Les ateliers et animations»


Les conférences
Les ateliers & animations
Exposition
Plan du village

Experts / Intervenants de l'édition en cours

Docteur en épidémiologie, spécialisé en épidémiologie nutritionnelle - CANADA

Dr Lucas est professeur agrégé au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval où il enseigne l’épidémiologie et la lecture critique. Il est chercheur au CHU de Québec-Université Laval et chercheur invité à la Harvard T.H. Chan School of Public Health. Il est titulaire d’un baccalauréat en nutrition-diététique, d’une maîtrise en santé publique et d’un doctorat en épidémiologie de l’Université Laval. Il a réalisé des études postdoctorales en épidémiologie nutritionnelle sous la direction de leaders mondiaux de Harvard, c.-à-d. Drs Walter Willett et Alberto Ascherio.

Le domaine de recherche du Dr Lucas porte particulièrement sur les indices multidimensionnels de la qualité alimentaire (IMQA) et les interventions en santé des populations. En tant que chercheur principal désigné, il dirige le vaste projet d’intervention VisezEau®(https://visezeau.org/) regroupant plus de 15 chercheurs de sept différentes universités.

Le caractère novateur du Dr Lucas et son désir constant de sortir des sentiers battus se reflètent dans son succès de publications, son rayonnement et son financement. Il a reçu plusieurs subventions, bourses et prix en reconnaissance de ses travaux. Membre de plusieurs comités éditoriaux et réviseur pour de prestigieuses revues scientifiques, le Dr Lucas a réalisé plus de 300 publications et présentations portant sur la nutrition et accordé de nombreuses entrevues dans les médias.

L’objectif de sa carrière — comme chercheur, professeur, épidémiologiste, père de trois enfants, chasseur, pêcheur de saumon invétéré et épicurien — vise à améliorer la santé des populations par les plaisirs liés à l’alimentation. Il admire le courage des gens qui osent et s’affirment. Pour lui, « La véritable grandeur d’un homme ne se mesure pas à des moments où il est à son aise, mais lorsqu’il traverse une période de controverses et de défis. (Martin Luther King) ». Il croit « à la nécessité du développement d’une éthique qui élargit notre responsabilité humaine à la nature tout entière(réveil vert d’Hubert Reeves)». Il dénonce vivement la motivation principale des systèmes alimentaires qui est de maximiser leurs profits au lieu de dispenser une alimentation optimale aux humains. Il encourage les gens à voter avec leur fourchette, de développer le patrimoine culturel de leur terroir, et surtout, de ce porter à la défense des vrais aliments. Son mantra est de « semer, cultiver, partager – le savoir et le plaisir ». D’ailleurs, « l’éducation (le savoir) est l'arme la plus puissante pour changer le monde (Nelson Mandela) »

Plus d'informations ici : https://michellucas.com/

 

Le Dr LUCAS interviendra le vendredi 29 Mars :

  • à 11h30 sous le Grand Chapiteau, à la Maison de la Culture, pour animer un atelier culinaire "Cuisiner l'eau avec VisezEau®",
  • à 17h dans l'auditorium du Lycée hôtelier à Punaauia, dans le cadre d'une conférence gratuite " VisezEau® pour le plaisir de nos sens " .

 

Petite présentation de son intervention :

"Après l’air, l’eau est l’élément le plus précieux. Sans eau, pas de vie! L’eau est un Droit reconnu (Nations Unies) et doit être gratuite. Alors, pourquoi nous acceptons de payer pour de l’eau embouteillée? De plus, pourquoi nous acceptons de payer pour quelque chose de nocif à notre santé et celle de la planète? En bouteille de plastique non réutilisable, les boissons embouteillées (eau, boisson sucrée)sont des fléaux abusivement accessibles. VisezEau® veut changer ce statu quo.

Globalement, Visez Eau® est un mouvement bienveillant de valorisation de l’eau potable non embouteillée, un Bien commun. Sa missionest de rendre l’eau plus accessible, plus attrayante et mieux publicisée, et ce, préférablement à l’eau embouteillée et aux boissons contenant du sucre. VisezEau® résulte de la collaboration de quinze chercheurs issus de sept universités qui se sont regroupés pour faire en sorte que l’eau potable non embouteillée soit le premier choix pour s’hydrater dans différents contextes,dont VisezEau® à l’école, VisezEau® ADO, VisezEau® pour les villes et communautés.

Dans la perspective de veiller à l’accessibilité et à la promotion de l’eau potable non embouteillée pour le mieux-être de tous, VisezEau® préconise : des STRATÉGIES visant l’amélioration de la communication, de l’éducation et de l’utilisation de nouvelles technologies pour valoriser les fontaines d’eau ;des APPROCHES basées sur le plaisir et l’expérientiel (gastrophysique, éducation au goût, science aromatique et moléculaire, concept de cuisiner l’eau); la PÉDAGOGIE CRITIQUE qui souscrit à des éléments fondamentaux de justice sociale et environnementale.

En somme, VisezEau® propose un mouvement social de protection et valorisation de l’eau potable non embouteillée afin de contrer les forces de l’industrie des boissons embouteillées de toute nature et amener les jeunes et adultes à découvrir que l’eau potable est une richesse collective gratuite qui a bon goût."

Professeur associé, Institut des Secondes Biomédicales - Atlanta USA

Après avoir obtenu son doctorat en Microbiologie en France, à Clermont-Ferrand en 2011, Benoît CHASSAING a effectué un stage postdoctoral à Atlanta, durant lequel il a développé sa recherche autour du microbiote intestinal.

Ce microbiote intestinal, c'est-à-dire l'ensemble des bactéries vivant dans notre intestin, est désormais l'axe principal de ses recherches. L'objectif, déterminer comment ce microbiote intestinal est régulé, et comment il peut impacter la santé humaine.

Plus d’informations ici : https://www.chassainglab.com/

Benoît CHASSAING donnera une conférence gratuite, intitulée "Le microbiote intestinal au coeur de notre santé. Pourquoi mieux se nourrir ?",  le Jeudi 28 Mars 2019, à 18h, au Petit Théâtre de la Maison de la Culture.

 

Petite présentation de son intervention :

" Et si nous n’étions pas seul ?

Notre intestin offre en effet le gîte et le couvert à des milliards de bactéries et autres microorganismes qui, en échange, nous apportent de nombreux bénéfices.    
Encore peu connue il y a 10 ans, cette communauté complexe, appelée « microbiote intestinal », fait désormais l’objet de nombreuses recherches afin de comprendre pourquoi et comment fonctionne cette cohabitation, et ceci afin de prévenir et soigner certaines maladies.

Au cours de cette conférence, Benoît Chassaing expliquera le rôle central que joue le microbiote intestinal dans le développement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, du cancer, des maladies métaboliques chroniques (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires…), et aussi de certaines maladies infectieuses graves comme les colites à Clostridium difficile. Un transfert de microbiote d’une personne à une autre ou un simple changement de nos habitudes alimentaires pourrait-il soigner, voire même prévenir, ces maladies ?

On sait maintenant que notre intestin joue un rôle important dans le développement d’un certain nombre de maladies neurologiques (telle la maladie de Parkinson par exemple), de l’anxiété, ou encore de la dépression. Pour cette raison, on l’appelle parfois notre « deuxième cerveau ». Existe-t-il des « neurones intestinaux » qui, par l’intermédiaire de signaux envoyés par notre microbiote, font communiquer notre intestin avec notre cerveau ? 

Enfin, ces études signifient-t-elles que certaines maladies pourraient être soignées simplement en mangeant différemment ? Notre alimentation est un élément clef du maintien d’un microbiote de qualité. Sucres, graisses, protéines, fibres végétales, additifs alimentaires (conservateurs, émulsifiants, colorants…) : tous ces produits ont des retentissements sur notre microbiote, de manière bénéfique ou au contraire nocive. 

Alors, comment bien se nourrir ?

Quels sont ces composés appelés « prébiotiques » qui servent de nourriture aux bons microorganismes de notre intestin, ces fameux « probiotiques » ?

Comment prébiotiques et probiotiques agissent-ils sur la composition de notre microbiote et, donc, sur notre santé ?

Cette conférence abordera ces différents aspects d’un domaine fascinant de la biologie moderne et des espoirs qu’elle entrevoit pour notre santé et notre bien-être."

Chercheuse en psychologie du développement de l'enfant et de l'adolescent, spécialiste de la construction des conduites alimentaires durant l'enfance - FRANCE

En lien avec le thème de cette seconde édition du VAI, "Sens et Emotions", et dans la continuité du projet pilote des Classes du goût polynésiennes, nous avons l'honneur et l'immense plaisir d'accueillir, un peu en amont du Village, Natalie RIGAL. Spécialiste du développement du goût chez l'enfant, Natalie Rigal, est enseignant chercheur à l'Université Paris Nanterre, au Laboratoire de Psychologie.

Elle interviendra à l'occasion de 2 conférences, programmées :

  • le mardi 26 Février 2019, dans l'amphithéâtre du Centre Hospitalier de Polynésie française (CHPF), de 8h à 11h30 --> pour les professionnels de santé et de la petite enfance.
  • le jeudi 28 Février 2019, dans l'auditorium du Lycée Hôtelier et du Tourisme de Tahiti (LH2T), à 17h30 --> pour le Grand public.

 

Petite présentation de son intervention : "Comment aider l’enfant à bien manger ?"

Les enfants présentent des difficultés à élargir leur répertoire de consommation notamment en raison de leur forte néophobie, à savoir leurs réticences à goûter des aliments pour la première fois. Ils vont cependant devoir apprendre à dépasser ces réticences pour subvenir à leur condition d’omnivore consommant une large variété d’aliments. Certaines pratiques éducatives contribuent largement à cet apprentissage. Il s’agit d’une part d’expériences alimentaires telles que la variété précoce ou l’exposition répétée, et d’autre part d’expériences sociales relatives par exemple à la tonalité affective du contexte de consommation ou l’instauration de règles plus ou moins strictes.

Les jeunes enfants présentent par ailleurs une bonne capacité d’autorégulation énergétique, ce qui leur permet d’ajuster leurs prises alimentaires à leurs besoins. Cette capacité tend néanmoins à se déréguler avec le temps, notamment sous l’effet de pratiques éducatives délétères telles que les hyper-restrictions ou les hyper-sollicitations.

A l’aide de travaux en psychologie expérimentale, nous exposerons les processus par lesquels ces pratiques agissent sur les comportements alimentaires de l’enfant (la variété alimentaire de son répertoire de consommation et la prise en compte de ses besoins énergétiques). Mais surtout, nous montrerons que ces pratiques ont un mode d’action différentes selon certaines caractéristiques de l’enfant, entre autre son tempérament. Les parents et l’enfant forment un système. Il faut les considérer conjointement.

 

Nos sponsors

A propos

Le VAI est un événement porté par la société ASAE Conseil.

Tél: (+689) 87.76.22.56

Tahiti, Papeete - Polynésie française

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Notre page Facebook